Où se situe notre bien commun ?

Extrait bulletin muncipal 2014

 

J’habite sur l'un des bords de notre village, celui situé à l'Est, à la fin des plateaux de la forêt de Bercé, au tout début de la vallée des Profondevaux. Ce que je sais de notre village, je le dois à ce « coin » et à son histoire : celle, par exemple, que Robert Cochard à Baraguay savait si bien raconter.

Ce que je perçois de notre commune, je le dois aussi à ce bulletin. C'est lui qui, depuis dix ans, me donne mes impressions d’administré- impressions contrastées- Lavernat me paraît vide sans école sur son territoire, mais j'aime le plein de sa libre pensée : celle qui lui fit, par exemple, sous l’impulsion de l’ancien maire, militer pour la pose d’éoliennes. Lorsque Jean Philippe Renaudin et Olivier Menou m’ont proposé de rejoindre la liste d’Alain Morançais, je me suis senti proche de leur vision du travail « en commun » au service du « bien commun ». C'est cela qui m'a poussé à m'engager. Je suis un novice et je m'interroge. Où se situe le bien commun à Lavernat ? Comment le délimiter, le reconnaître et l’améliorer ? Comment le métamorphoser ? Une certitude : nul ne peut imposer son unique regard. Un constat : ça doit faire au moins 225 ans que les équipes municipales délibèrent autour de cette question !  Depuis la fin du mois de mars 2014, notre conseil a pris le relais pour poursuivre la construction collective de ce "commun". Il nous faut « voir » dans un temps long et légal les espaces publics, le budget alloué, l'action sociale, les monuments, les symboles, les poubelles, les ressources naturelles... j'en oublie ! Il nous faut aussi « voir » notre manière de vivre en commun dans ce village.

On le sait, tout ceci se transmettra aux générations d'habitants à venir- sacré défi ! - ce bulletin en fera l'écho. Cette petite rubrique, quant à elle, est ouverte aux lavernais qui souhaitent deviser sur notre « commune ».

Lavernat, juin 2014, B.C