Inter co : régression ou progrès démocratique ?

Extrait bulletin muncipal 2015

 

Nous sommes en train d'assister à la naissance aux forceps d'une intercommunalité élargie non désirée et trop largement méconnue. En effet, le territoire intercommunal n'a jamais été en capacité de donner naissance à une identité locale forte. A l'inverse de la Nation d'un bout et de la commune à l'autre bout, l'intercommunalité n'est porteuse d'aucun affect mobilisateur et rassembleur. Elle souffre d'un déficit de légitimité à cause d'un mode de désignation inapproprié de ses élus. A l'instar du Sénat, elle est une anomalie démocratique. L'abandon par le gouvernement en 2015 du principe de suffrage universel direct pour l'élection des conseillers communautaires et le maintien du lien entre la commune et l'intercommunalité avec grosso modo un seul représentant par commune distendent le lien entre l'intercommunalité et le citoyen. Et nous risquons d'assister à une progressive "notabilisation" de cette assemblée. L’intercommunalité risque donc de rester encore longtemps, pour le citoyen lambda, une simple colonne de plus sur la feuille d'impôts.

Lavernat, décembre 2015, F.M